Saint-Etienne-la-Dure

Comme le pilote de formule 1 Alain Prost, comme le rugbyman Jean-Pierre Rives, comme le tennisman Yannick Noah, Michel Platini va accélérer la réconciliation entre la France et ses sportifs. ensemble, ils vont réhabiliter ceux qui travaillent avec leurs corps et en faire des personnes reconnus sur la scène sociale et médiatiques à l'égal des acteurs ou des musiciens. son transfert à Saint-Etienne enclenche le mouvement. Nancy était une équipe sympa et sans histoire, Saint-Etienne, c'est un mythe. Après Reims dans les années 50-60, Saint-Etienne incarne le foot frnaçais des années 70. Les "Verts" ont du coeur et de la fougue. Ils ont plus d'allant que de brio mais ne s'avouent jamais battus et renversent parfois des situations impossibles. l'ASSE a construit sa légende en coupe d'Europe où elle n'a jamais rien engagé, mais le pays aime les Poulidor au grand coeur qui se battent jusqu'à leur dernier douffle et ne doivent parfois qu'au mauvais sort d'échouer sur le fil, comme face au Bayern de Munich en finale de coupe d'Europe 1976. Sur la scène nationale, Saint-Etienne domine également les années 70, malgré les efforts de Marseille, de Nantes ou de Monaco. Dominique Rocheteau, les frères Revelli, Georges Carnus, Bernard Bosquier, Jean-Michel Larqué, Dominique Bathenay ou Gérard Janvion font tour à tour la légende de cette équipe qui compte des clubs de supporteurs à perruques vertes à travers tout l'Hexagone. Quand Platini rejoint l'ASSE en 1979, il y a un rang à y tenir. Dans la ville du cycle et des armes, dans cette région à forte tradition ouvrière et minière, le foot est une religion à laquelle il faut sacrifier avec sérieux, avec abnégation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site